Circuit Éclats d'Abyssinie

Ethiopie
Ouvrir le diaporama
Circuit Éclats d'Abyssinie REF : 281432
dès 2404 TTC / personne en Circuits de 11 jours / 8 nuits au départ de Nice le 02 oct. 2020
Les offres
Détails
Ce prix comprend
- Les vols aller/retour France-Addis Abeba sur la compagnie aérienne sélectionnée (le vol peut faire l’objet d’une ou plusieurs escales, selon le vol sélectionné)
- Les taxes aéroports
- Les transferts aéroport-hôtel aller/retour
- Le guide local francophone durant le circuit
- Les visites et excursions mentionnées au programme
- L'hébergement tel que mentionnés
- La pension complète hors boisson (petit-déjeuners, déjeuners et dîners)
- Assistance téléphonique francophone 24h/24

Quelques mots sur le voyage
à partir de
2404 € TTC
Voir les offres

Les avantages et équipements

  • Vol A/R au départ de Nice (+11 autres villes)
  • Repas Selon programme
  • Chambre
  • Transfert
  • Guide francophone
  • Visites selon programme
  • Guide francophone

Résumé

Départs garantis dès 2 participants
Découverte des chutes du Nil Bleu
Visite du site exceptionnel de Lalibela, classées par Unesco

Situation

Les hautes terres d’Abyssinie attirent les poètes-contrebandiers, les voyageurs-rêveurs, d’Arthur Rimbaud à Corto Maltese… Pays citadelle retranché sur ses hauts plateaux, l’Ethiopie regarde le monde, la Mer Rouge, la plaine du Nil, du haut de ses 2000 mètres d’altitude et de ses quelques millénaires d’histoire. Elle cultive ses différences : sa propre église depuis au moins le Vème siècle, un alphabet unique, son calendrier de 13 mois, sa cuisine inimitable, ses musiques étranges, sa variété de paysages...
La route historique parcourt l’ancienne Abyssinie. L’histoire commence à Axoum, la première capitale d’un puissant royaume qui dès le IIIème siècle avant J.C bâtit palais, temples et érigea d’immenses stèles monolithiques sculptées dont certaines se dressent toujours sur la place de la ville. Axoum est au cœur de l’histoire de l’Abyssinie, c’est là que furent couronnés presque tous les Négus, et que peut être sont cachées les tables de la loi, ramenées de Jérusalem par le fils de Salomon et de la Reine de Saba…
Au XIIème siècle, le roi Lalibela, fait creuser dans la roche 11 églises extraordinaires qui représentent la
« Nouvelle Jérusalem ». Le lieu porte aujourd’hui son nom et demeure un lieu de pèlerinage très fréquenté.
Puis vient Gondar, une ancienne capitale atteinte par les Portugais au XVIème, à la recherche du mythique « Royaume du Prêtre Jean ». Tout proche s’étend le lac Tana, alimenté par le Nil Bleu et parsemé d’îlots et de monastères.
Enfin Addis-Abeba, « la nouvelle fleur », la capitale moderne et nostalgique du pays, créée au XIXème siècle par le Négus Ménélik II.

Programme du circuit

Jour 1 : Addis Abeba - Bahar Dar

Arrivée le matin à Addis Abeba
Accueil et assistance à l’aéroport
Route pour le district de Bolé, le quartier huppé de la capitale, non loin de l’aéroport, pour un premier arrêt café détente. Puis, un tour d’orientation à bord de votre véhicule vous entraîne dans les faubourgs pittoresques de cette ville en permanente construction. Cette première immersion dans la vie locale éthiopienne vous fera découvrir les principaux points d'intérêts d’Addis comme la Place Mesqel, les abords du palais présidentiel, l’université et le quartier pittoresque de Piazza qui surplombe la ville.
Montée sur les hauteurs d’Entoto. Ce mont, recouvert d'une vaste forêt d'eucalyptus, culmine à 3 200m d’altitude et offre un panorama exceptionnel sur la capitale en contrebas. C’est là que Ménélik II, le « Roi des rois », le Négus, établit sa capitale en 1878 et décide, dit-on, de la création d’Addis Abeba « la Nouvelle Fleur ». Visite du palais impérial, « le Gebi », de Menelik II, du Musée Entoto puis de l'Eglise Sainte-Marie, construite en 1885.
Déjeuner à Addis
Transfert à l’aéroport et envol pour Bahar Dar
Dîner et nuit


Jour 2 : Bahar Dar

Petit déjeuner
Excursion en bateau sur le Lac Tana. Situé à 1 800 mètres d’altitude et d’une superficie de 3 600m², le lac Tana est le troisième plus grand lac d’Afrique après Victoria et Tanganyika. Le Lac est un grand réservoir dont les eaux partent former le Nil Bleu, lequel, après avoir rejoint le Nil Blanc à Khartoum, est à l’origine des fameuses crues qui ont nourri l’Egypte des millénaires durant. Le Lac Tana, qui a été de tous temps le refuge de la chrétienté éthiopienne contre les invasions étrangères, est émaillé de petites îles dont certaines abritent églises et monastères, la plupart d’entre eux bâtis avant le XVème siècle. Après 1 heure de croisière-traversée vous découvrirez la presqu’île de Zeghé, où l’on cultive le café à l’ombre des arbres et où se trouvent 2 églises de l’époque Gondarienne : Uhra Kidane Mehret, église ronde qui présente un remarquable exemple d’architecture et de peinture religieuses et dont le musée contient un trésor de couronnes royales, et le monastère de Azwa Maryam.
Déjeuner à Bahar Dar
Départ pour la visite des chutes du Nil Bleu, à environ 45 minutes de route. Après avoir enjambé le Nil Bleu par un vieux pont de pierre bâti au XVIème siècle par les portugais, poursuite à pied, le long d’un sentier, jusqu’à un superbe point de vue dominant les chutes (400 m de long sur 45 m de hauteur). L’eau s’engouffre dans une gorge donnant naissance à des nuages de vapeur et des arcs-en-ciel, leur donnant leur nom en amharique « Tis Issat », soit « l’eau qui fume ». Après la balade, le retour au véhicule se fait en traversant le Nil Bleu en bateau.
Dîner et nuit à l’hôtel


Jour 3 : Bahar Dar - Gondar (180 km – 3h30)

Petit déjeuner
Route vers la rive Nord du lac et détour par le château de Guzara qui se dresse au sommet d’une colline. Bâti au XVIème, il servi peut être de modèle aux châteaux de Gondar.
En route, découverte du monde rural éthiopien où le temps semble s’être arrêté... Paysages variés allant de cultures verdoyantes à une nature plus escarpée et aride, et villages dont les maisons sont toujours construites avec les quatre matériaux de prédilection communs à toute l’Afrique : rondins d’eucalyptus en quadrillage pour la structure, terre crue séchée enveloppant la structure en bois et servant d’isolant thermique, chaume ou tôle pour la toiture.
Au XVIIème siècle, de par son climat sain et sa situation stratégique, l’empereur Fasilides décide d’établir sa capitale impériale à 2 200 m d’altitude sur les contreforts du massif Simien. La cité impériale de Gondar compte de nombreux édifices moyenâgeux dont une succession de châteaux édifiés jusqu’au XIXème siècle par les divers empereurs d’Abyssinie. Aujourd’hui, les vestiges témoignent de la splendeur d’antan. Parmi les autres trésors de la ville, les bains royaux où chaque année se déroulent les festivités de Timkat, ou encore la remarquable église de Debre Birhan Sélassié dédiée à la Sainte Trinité.
Déjeuner à Gondar
Visite de l’enceinte impériale (Fasil Gebbi) où sont regroupés de nombreux édifices. L’architecture de ces bastilles est visiblement inspirée par les maîtres d’œuvres portugais accompagnant les troupes lusitaniennes venues au secours de l’Ethiopie chrétienne. Une douzaine d’édifices : bibliothèque, palais, ménagerie, salle de réception, érigés entre le XVIIème et XVIIIème siècle parsèment l’enceinte fortifiée. Cet ensemble aux influences multiples - Afrique, architecture éthiopienne axoumite, Arabie, Portugal, Inde - semble
totalement irréaliste.
Visite de l’église Debra Berhan Sélassié (Lumière de la Trinité) qui date du XVIIIème siècle.
La nef de l’église est couverte de fresques apocalyptiques relatant le triomphe de l’église sur l’hérésie tandis que le plafond est orné de têtes d’anges paisiblement alignés entre les poutres. 104 visages, tous pareils et différents à la fois, plus ou moins souriants, séparés les uns des autres par des ailes rayonnantes sur un fond doré.
Visites des bains de Fasiladas, à 2 km de la citadelle, un vaste bassin, entouré de
sycomores et dominé par un élégant pavillon, lieu de détente des rois de Gondar. Les bains symbolisent le Jourdain et la piscine est remplie uniquement pour la fête de Timkat.
Timkat célèbre le baptême de Jésus dans le Jourdain. Ce festival est surtout connu pour sa reconstitution rituelle du baptême.
Dîner et nuit à l’hôtel


Jour 4 : Gondar - Axoum (350 km – 8h)

Petit déjeuner
Journée de route pour Axoum. A quelques kilomètres de Gondar vous passerez dans le village de Wolleka, ancien village « Falasha » (juifs noirs d’Ethiopie) qui, depuis leur retour en Israël, ne garde de leur présence que l’étoile de David peinte sur les portes des maisons. La route-piste de « Lima Limo » construite par les Italiens en 1930 offre, du haut de ses 3 000 mètres d’altitude, des vues spectaculaires du massif de Simien, formés de pics accidentés, de vallées profondes et de précipices atteignant jusqu'à 1 500m de profondeur. Juste après le village de Debark commence la longue descente jusqu’aux gorges de la rivière Tekeze. Les paysages sont à couper le souffle. Arrivée à Axoum en fin d’après- midi.
Déjeuner pique-nique en route
Dîner et nuit à l’hôtel

Jour 5 : Axoum

Petit déjeuner
Axoum, dans la province du Tigré, fut la capitale du royaume axoumite et le berceau d’une des plus importantes civilisations d’Ethiopie. La ville symbolise la richesse et l’importance de la civilisation de cet ancien royaume d’Axoum qui dura du Ier au VIIIème siècle de notre ère. Le royaume était au carrefour de trois continents, l’Afrique, l’Arabie et le monde gréco-romain. Ses vestiges imposants comportent des obélisques monolithes, des stèles gigantesques, des tombes royales et les ruines d’anciennes forteresses. Bien après le déclin politique du royaume, au Xème siècle, les empereurs éthiopiens étaient encore couronnés à Axoum. Classée au « Patrimoine Mondial », Axoum est la ville sainte de l’Ethiopie. L’introduction au Christianisme par le roi Ezana au IVème siècle a donné lieu à la construction d’églises comme celle de Sainte Marie de Sion, reconstruite à l’époque gondarienne, et censée abriter l’Arche de l’Alliance.
Visite du fameux champ de stèles : des monolithes de granit datant de la période préchrétienne qui marquent, selon les archéologues, l'emplacement des tombeaux des souverains de l'empire axoumite. Le plus grand des obélisques se trouve à terre, brisé en quatre morceaux, il mesurait 33.5 m. Pendant longtemps, l'une d'elles était à Rome, Mussolini s’en étant emparé en 1937 comme trophée de guerre lors de l'invasion italienne de l'Éthiopie. Elle est revenue à Axoum en 2008. Complétez le tour par la visite du musée archéologique où un bon nombre d’objets trouvés lors des fouilles dans la région sont conservés et exposés.
Découvrez la Pierre d’Ezana, remarquable par ses inscriptions en trois langues : sabéen, grec et guèze. C’est le roi Ezana qui déclara le Christianisme comme religion d’état au IVème siècle (en vigueur jusqu'à la chute de l’empereur Hailé Sélassié en 1974).
Continuation vers le Nord-Est de la ville pour découvrir la nécropole des rois axoumites au pied du Mont Likanos.
Visite des chambres funéraires des tombeaux de Khaleb et de Gebré Masqal.
Déjeuner
Traversez la vieille ville pour visiter le Palais de Dongour, une demeure princière du VIème ou VIIème siècle illustrant la dernière période de gloire de la civilisation axoumite.
Promenade dans l’enceinte de l’Eglise Sainte-Marie-de-Sion. C’est dans l’une de ces chapelles que, selon l’Eglise Orthodoxe, l’Arche d’Alliance contenant les Tables de la loi, serait cachée. Selon la légende, de l'union entre la mythique reine de Saba et du roi Salomon naquit un fils : Ménélik Ier. Lors d’une visite en terre d’Israël, Ménélik aurait dérobé l’Arche et l’aurait caché dans l’église. Sans la protection d’un gardien personne n’est autorisé à la voir… Le petit musée de l'église abrite une collection impressionnante de bibles, de croix et de couronnes.
Dîner et nuit à l’hôtel

Jour 6 : Axoum - Yeha – Meqele (240 km – 6h)

Petit déjeuner
Route à travers les hauts plateaux du Tigré. Massifs d’Aoua et de Geralta… les paysages sont grandioses, parsemés de sycomores séculaires et de formations géologiques extraordinaires.
Visite de Yeha, à 55 km d’Axoum. Ce site sabéen a conservé un magnifique temple du XIIIème siècle avant notre ère, converti en église dédiée à Abba Afse, l’un des neuf saints de la religion orthodoxe éthiopienne. Les neuf saints étaient un groupe de missionnaires qui jouèrent un rôle important dans la diffusion du christianisme au Vème siècle dans les régions que sont encore aujourd'hui l’Erythrée et l'Ethiopie.
Déjeuner en route à Adigrat
Plus d’une centaine d’églises et de monastères ont été découverts dans la province du Tigré, pour la plupart situés entre Adigrat et Meqele. Visite de l’église Abréha et Atsbéha. Presque entièrement excavée, cette église semi monolithique est à la fois l’une des plus anciennes et des plus vastes du Geralda : mesurant 21 mètres de large, 16 en profondeur et 6 de hauteur, elle présente 13 piliers cruciformes, un magnifique plafond sculpté d’une frise au motif de croix, ainsi que de belle fresques d’exécution plus récente. Très richement décorée, elle se distingue par son allure de basilique et la présence de trois autels dédiés respectivement à St Michael, St Gabriel et la Vierge Marie.
Dîner et nuit hôtel


Jour 7 : Meqele – Lalibela (Environ 350 km – 7 h)
Petit déjeuner
Route pour Lalibela. Empruntez l’une des plus belles routes d’Ethiopie, à 3 200 mètres d’altitude. Traversez les paysages grandioses du pays Agaw, entre Meqele, la capitale de la région du Tigré, et le village de Lalibela. Agaw fut sans doute le centre politique de l’Abyssinie après la chute du royaume d’Axoum et avant l’avènement de la dynastie Zagwé. Arrivée dans l’après-midi à Lalibela.
Déjeuner en route : pique-nique
Dîner et nuit à l’hôtel

Jour 8 : Lalibela

Petit déjeuner
Lalibela (inscrite au Patrimoine Mondial par l’Unesco) avec ses onze églises monolithes médiévales est un haut lieu de pèlerinage pour les chrétiens coptes, notamment pendant les festivités de Timkat. Leur construction est attribuée au roi Lalibela qui, au XIIème siècle, décida de créer en ce lieu la « nouvelle Jérusalem ». Ces églises, dont certaines sont entièrement monolithiques, furent édifiées du toit vers la base. Reliées par des tunnels pour la plupart d’entre elles, elles sont de véritables chefs-d’œuvre d’architecture. Les 11 églises sont réparties en 2 groupements principaux, une tranchée représentant le fleuve Jourdain les sépare.
Visite du premier groupement d’églises, celui au Nord de la tranchée. Il est constitué de six églises alignées selon les normes de l’architecture sacrée, sur un axe Est-Ouest. Elles sont accessibles par un dédale de couloirs taillés dans la roche. Au programme : Medhane Alem, ou « église du Sauveur », avec ses cinq nefs, est considérée comme la plus vaste en son genre ; Beta Maryam, avec de magnifiques bas-reliefs et ses fresques colorées ; Beta Masqal ou « église de la Croix », Beta Danagel, Beta Golgota, Beta Debra Sina et une chapelle consacrée à la Trinité.
Déjeuner
Découverte du second groupe d’églises, au Sud de la tranchée. Il est composé de quatre églises : Beta Emmanuel, Beta Merkurios, Beta Guebrel et Rufael et Beta Abba Libanos, et est aménagé autour d’une rotonde souterraine ressemblant à une place forte.
La onzième église, Beta Giorgis (« la maison de Saint Georges »), bien qu’à l’écart des autres églises, leur est reliée par un système de tranchées. Encastrée dans une gigantesque entaille minérale, elle a la forme d’une croix grecque aux proportions parfaites. Des éminences entourant le site permettent d’en avoir une vue plongeante.
Dîner et nuit à l’hôtel


Jour 9 : Lalibela - Addis

Petit déjeuner
Vol Lalibela / Addis
Déjeuner
Visite du musée national d’Addis, dont la star est « Lucy ». Découverte en 1974 et baptisée ainsi en référence à la chanson des Beatles, Lucy est notre ancêtre. Son squelette est la pièce maîtresse du musée qui, outre ses collections de paléontologie, couvre l’histoire et l’art éthiopien des premières œuvres de l’art Axoumite jusqu’au règne de Ménélik.
Promenade dans l’un des plus grands marchés à ciel ouvert d’Afrique ! Le mercato est un dédale de constructions en béton ou en tôle ondulée, grouillant d’activités les plus diverses. Ce vaste espace marchant dominé par les commerçants musulmans est une sorte de bazar où tout se vend : épices, vêtements traditionnels, vannerie, objets d’artisanat local. Attention aux pickpockets.
Dîner spectacle traditionnel
Transfert à l’aéroport

Bon à savoir

Départs garantis à partir de 2 personnes et groupe limité à 18 personnes.

Voici la liste de vos hébergements durant votre circuit ( ou similaire) :

Bahar dar : Blue Nile Hotel
Gondar : Goha Hotel
Axoum : Sabean Hotel
Meqele : Planet Hotel
Lalibela : Maribella Hotel

Ethiopie

• L’obtention d’un visa est obligatoire pour visiter l’Éthiopie quel que soit le motif de la visite. Les visas peuvent être obtenus avant de partir auprès de l’ambassade d’Éthiopie à Paris ou par internet avec la procédure d’E-Visa : https://www.evisa.gov.et/#/home ou à l’arrivée à l’aéroport international de Bole à Addis-Abeba (règlement en devise €/$ en espèces uniquement).

• Les voyageurs dont le visa de séjour expire avant leur départ d’Éthiopie doivent impérativement obtenir une extension de ce visa avant sa fin de validité auprès des services de l’immigration à Addis Abeba. Cette formalité est payante : 100$ américains pour un mois supplémentaire pour un visa de tourisme, 160$ pour un visa d’affaires. En cas de dépassement de la durée de validité du visa, les voyageurs sont passibles d’une amende de 5$ par jour de dépassement pour un retard compris entre un et quinze jours, et de 10$ par jour de dépassement pour un retard compris entre quinze et trente jours, voire d’une amende supplémentaire décidée par les autorités judiciaires éthiopiennes avant d’être autorisés à quitter l’Éthiopie. Toutes ces amendes ne peuvent être payées qu’en devises étrangères.

• Le contrôle à la frontière entre l’Éthiopie et Djibouti s’effectue en deux temps : le premier contrôle est mené par la police aux frontières, le second par la douane. Il est obligatoire de passer ces deux points de contrôle, quel que soit le sens de franchissement de la frontière. Le non-respect de cette règle expose les voyageurs à de sérieuses difficultés avec les services de sécurité du pays visité. Il peut entrainer l’immobilisation du véhicule et par conséquent le blocage de son propriétaire à la frontière pour une durée indéterminée, sans que ni l’ambassade de France en Éthiopie ni l’ambassade de France à Djibouti ne puissent assister les voyageurs qui y contreviendraient ou qui ne seraient pas en mesure de présenter tous les documents requis.

• La frontière terrestre avec l’Erythrée n’est pour le moment pas ouverte aux voyageurs étrangers. Le passage vers l’Erythrée ne peut se faire actuellement que par avion. L’ambassade d’Erythrée en Ethiopie n’est pas encore en mesure de délivrer des visas pour l’Erythrée.

Pour plus d'information : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/ethiopie/#entree