DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS

Quito, Equateur
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 1
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 2
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 3
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 4
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 5
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS - 6
Ouvrir le diaporama
DECOUVERTE DE L'EQUATEUR ET DES ILES GALAPAGOS REF : 253208
dès 3329 € TTC / personne en Circuits de 11 jours / 9 nuits au départ de Paris le 23 mars 2020
Les offres
Détails
Ce tarif comprend
TRANSPORT :
Aérien : Paris / Quito / Paris sur vols réguliers AF/KLM via Amsterdam ou Iberia via Madrid
(note : dans le cas de KLM, une escale supplémentaire au retour sera opérée à Guayaquil, sans changement d'appareil)
Vols intérieurs : Guayaquil / Baltra / Quito
Train : Alausi / Sibambe / Alausi en « Train des Andes » en catégorie standard

TRANSFERT :
Aéroport / Hôtel / Aéroport

HEBERGEMENT :
Hôtels et lodge 3 étoiles (normes locales) en chambre double avec bain ou douche

REPAS :
Pension selon programme du petit déjeuner du jour 2 au petit déjeuner du jour 10 dont 4 dîners libres aux jours 2, 4, 5, 6

DIVERS :
Visites / Excursions mentionnées au programme
Transferts/transports terrestres en véhicule de tourisme adapté à la taille du groupe
Guide francophone

PRE ET POST ACHEMINEMENT :
Les pre et post acheminements s'effectuent en avion ou en TGV, hors transfert aéroport/aéroport et gare/aéroport et vice-versa qui reste à la charge des clients. Pour des raisons techniques, le pré et/ou post acheminement peut se faire la veille du départ ou le lendemain du retour, les frais d'hébergement ou de restauration sont à la charge du client. Billets non modifiables non remboursables.

Quelques mots sur le voyage
à partir de
3329 € TTC
Voir les offres

Les avantages et équipements

  • Vol A/R au départ de Paris (+6 autres villes)
  • Repas Selon programme
  • Chambre
  • Transfert
  • Guide
  • Visites selon programme

Les points forts


Jour 1: PARIS / QUITO

Rendez-vous des participants à l'aéroport.

Assistance aux formalités d'enregistrement et d'embarquement.

Décollage à destination de Quito sur vols réguliers.

Arrivée à l'aéroport de Quito.

Après les formalités de débarquement, accueil par votre guide et transfert vers Otavolo.

Verre de bienvenue.

Dîner libre et nuit à l'hôtel.


Jour 2: OTAVALO / MOITIE DU MONDE / QUITO

Petit déjeuner à l'hôtel.

Visite d'Otavalo.

L'économie des Otavalos repose sur le commerce des produits artisanaux, la musique, le tourisme et, dans une moindre proportion, l'élevage et l'agriculture. Le patrimoine de la ville dépend beaucoup du marché d'Otavalo, qui peut être considéré comme l'un des marchés les plus impressionnants d'Amérique du Sud.

Découverte de l'antique marché indien qui se tient sur la place des ponchos.

A part les célèbres ponchos, on y trouvera également des chemisiers finement brodés des otavaleñas, mais aussi les vêtements traditionnels des autres communautés indigènes d'Imbabura ainsi qu'une multitude d'articles d'usage courant tels que laine crue, fil, teinture, pièces de métier à tisser, cardeuses, etc.

Arrêt en route pour la visite de "La Mitad del Mundo" (le milieu du Monde), qui marque l'emplacement de la ligne équinoxiale telle qu'elle a été calculée par Charles Marie de la Condamine, Luis Godin et Pierre Bouguer au cours d'une mission (1735-1744) qui changea la face du monde et donna son nom à l'Equateur.

Le monument équatorial construit en 1936 pour célébrer le bicentenaire de la mission géodésique française est remplacé en 1986 par un édifice agrémenté d'une large allée flanquée des bustes des treize membres de l'expédition composée par dix géographes français, deux espagnols, et un équatorien : Pedro Vicente Maldonado, qui apporta avec ses connaissances géographiques et ethnographiques. Ce monument héberge un petit musée ethnologique.

Visite du village qui recrée l'essence du style colonial, les ruelles, la place centrale, les magasins artisanaux...

Continuation pour Quito.

Déjeuner dans un restaurant local.

La cuisine équatorienne tire largement parti de la variété des ressources locales : une large gamme de viandes, poissons, légumes et fruits. La nourriture de base est le plus souvent constituée de riz, de maïs, de pommes de terre, de manioc, de beaucoup de poulet, d'un peu d'autres viandes (porc, boeuf), de poisson et de fruits de mer, suivant les régions. Sans oublier la Quinoa : une excellente chénopodiacée (sans gluten et très riche en protéines) qui était jadis consommée par les descendants des Incas (pour qui le Quinoa était une plante sacrée). La viande est très présente, bouillie ou mijotée, mais aussi grillée.

Visite de la ville.

Fondée au XVIe siècle sur les ruines d'une cité inca à 2 850 m d'altitude, la capitale de l'Équateur possède toujours, malgré le tremblement de terre de 1917, le centre historique le mieux préservé et le moins modifié d'Amérique latine. L'UNESCO a d'ailleurs déclaré Quito Patrimoine de l'Humanité en 1978 pour son architecture coloniale. Quito, tire son nom des Quitus qui habitèrent cette zone bien avant la conquête espagnole. En 533, Sebastián Benalcázar prit pacifiquement possession de la ville indigène, qui avait été successivement aux mains des Shyris et des Incas ; en 1541, il l'éleva au rang de ville espagnole. L'ordre des Franciscains fut le premier à s'établir à Quito. Ses membres commencèrent immédiatement à construire un monastère qui devint un centre d'éducation et d'art, avec ses propres écoles de peinture et de sculpture. Augustins, Dominicains et Jésuites donnèrent ensuite à la ville sa physionomie actuelle en y construisant leurs monastères.

Visite du Quito colonial : Les édifices publics sont d'un style espagnol massif. La cathédrale, le palais du gouvernement, l'archevêché et l'hôtel de ville se regroupent autour de la place principale.

La Cathédrale, bâtiment au 16ème siècle avec une façade en pierre de taille, sa coupole recouverte de faïences vertes, les belles sculptures et peintures de l'école de Quito).

Le Palais du Gouvernement dont les balustrades des balcons en fer forgé proviennent du château des Tuileries, peu de temps après la Révolution de 1789.

L'église de la Compagnie de Jésus, avec son autel doré, est probablement l'église la plus richement décorée d'Amérique du Sud.

Sa décoration a nécessité plus d'une cinquantaine de kilos d'or, dont on a recouvert les autels, les piliers et certaines statues. A l'intérieur de I'église sont exposées des oeuvres d'artistes de I'école quiténienne. Son fronton est en pierre gravée d'origine volcanique et des colonnes torsadées ornent son entrée.

L'église San Francisco, surnommée "l'Escorial des Andes " vaut également le détour. À ses côtés se trouve la chapelle de Cantuña, connue sous le nom de "Chapelle Sixtine de l'art quiténien".

La rue de La Ronda, la rue la plus ancienne de Quito ; Cette rue courbe aujourd'hui piétonnière restitue le décor dans lequel vivaient les habitants de Quito du XVIe siècle. Vous serez séduits par ses belles maisons traditionnelles blanches avec fenêtres bleues, balcons en fer forgé regorgeant de pots de fleurs et patios accueillant désormais.

Plusieurs galeries d'art, confiseries artisanales, ateliers de théâtre, de musique, et lieux de rencontres culturelles comme la Casa de Juan ou la Casa 707.

La Place de Santo Domingo : une réserve archéologique, d'où furent exhumés des vestiges de la période d'intégration. La place est dominée par l'église et le couvent du même nom construit à la fin du XVI siècle, et présentant une superposition de différents styles.

Dîner libre.

Nuit à l'hôtel.


Jour 3: QUITO / TENA / AMAZONIE

Petit déjeuner à l'hôtel.

Continuation vers l'Amazonie par la « route de la cannelle » en passant par Papallacta, petit village à 60km de Quito qui se blottit dans un décor grandiose de roches et de cascades, puis par Baeza, une petite bourgade à 1400m d'altitude.

Avant l'arrivée des espagnols, c'était une étape importante pour les indiens de la forêt pour leurs échanges avec les communautés des hauts plateaux. Par temps dégagé, vous pourrez apercevoir les volcans Sangay et Altar.

Continuation en descendant la cordillère jusqu'à Tena où vous visiterez un petit marché local.  

Vous pourrez observer la façon dont sont préparés les différents aliments : poisson, manioc, « chontacuros », boissons typiques comme la guayusa (tisane chaude souvent alcoolisée d'une plante de la région) "agua de chuchuguaza" (Maytenus laevis) aux propriétés antirhumatismales.  

Déjeuner de spécialités amazoniennes.

Continuation jusqu'à Misahualli en Amazonie : port de navigation fluvial situé au confluent des rivières Napo et Misahualli.

Transfert en pirogue, puis installation dans vos bungalows.

Premiers contacts avec la végétation luxuriante de l'Amazonie... Chaleur touffue, pluies, pirogues sur la rivière, arbres étranges.

Petite randonnée de familiarisation dans la forêt qui entoure votre lodge.

Dîner et nuit au lodge.


Jour 4: AMAZONIE / BANOS / RIOBAMBA

Petit déjeuner à l'hôtel.

Remontée vers les Andes jusqu'à Baños en passant par Puyo, où vous visiterez un atelier de fabrication d'objets en bois de balsa (bois très léger).

Puis jusqu'à Baños, vous emprunterez « l'allée des cascades ».

De toutes les routes qui s'enfoncent dans l'univers vert de la jungle équatorienne, celle de Puyo au sud-est de l'Oriente est la plus spectaculaire. Cette route contourne les gorges du rio Pastaza entre une double haie de montagnes abruptes, emmitouflées dans de forêts de brouillard.

Excursion à la cascade « Pailón del diablo », l'une des 10 chutes les plus importantes au monde !

Continuation vers Baños, véritable balcon sur le bassin amazonien.

Située à 1800 mètres d'altitude, et à seulement 1h30 de la ville de Puyo, cette petite ville thermale est un savant mélange de cordillère et d'Amazonie ; Baños tire son nom des eaux ferrugineuses froides ou bouillantes qui jaillissent des entrailles du volcan Tungurahua.

Cette ville jouit d'un doux climat subtropical, et la riche végétation qui l'entoure est une invitation aux ballades dépaysantes. Tandis qu'une végétation dense grimpe et descend des hautes cimes jusqu'au bord des torrents écumants, des brumes menaçantes planent sur les ravins alentours.

Déjeuner en cours d'excursion.  

Petit tour d'orientation de la ville : notons la très belle basilique, située en plein coeur de Baños. Elle protège de magnifiques fresques en l'honneur de la patronne de la ville : Notre Dame de l'Eau Sainte (Nuestra Señora de Agua Santa). Les ateliers de fabrication d'objets en ivoire végétal, et les belles rues piétonnes où on peut voir les marchands de guimauve de canne à sucre au travail.

Dégustation de "melcocha" : guimauve de canne à sucre.

Reprise de la panaméricaine et continuation vers Riobamba, ville qui est communément surnommée la "Sultane des Andes", pour sa situation privilégiée au pied du Chimborazo, la plus grande montagne de l'Equateur (6 310 m).

Cette petite ville de quelques cent mille habitants s'est développée autour du chemin de fer qui relie la cote des Andes et se trouve à proximité d'impressionnantes montagnes, qui de plus, est la seule ville équatorienne jumelée avec une ville française (Saint Amand-Montrond).

La ville aurait été fondée par Diego d'Almagro en 1534, mais elle fut détruite en 1797 par un puissant séisme qui la rasa entièrement, et elle fut par la suite reconstruite à environ 25 Km à l'est de son emplacement original de Cajabamba.

Tour panoramique de la ville.

Dîner libre.

Nuit à l'hôtel.


Jour 5: RIOBAMBA / GUAMOTE / ALAUSI / NEZ DU DIABLE / INGAPIRCA / CUENCA (260 Km, 6h de route et 1h30 de train)

Petit déjeuner à l'hôtel.

Reprise de la route à destination la province de Cañar.

Visite en route de l'église de Balbanera.

Elle est le seul vestige de la fondation espagnole de la première ville de Quito, qui se niche sur les bords de la lagune de Colta, où les indiens de la région font paître leurs vaches et leurs moutons et utilisent le totora, variété de jonc poussant dans ses eaux pour tresser des nattes (esteras) et de paniers (canastas).

Continuation jusqu'à Guamote, où tout le sud de la province converge vers le marché du jeudi.

Des indigènes à cheval ou menant des lamas chargés d eproduits, descendents des villages inaccessibles par la route. La variété de costumes traditionnels est ici plus étourdissante que sur tout autre marché équatorien.

Petit temps libre sur le marché.

Continuation à destination de la gare ferroviaire d'ALAUSI (2356m).

Vers 11h00, embarquement à bord du fameux TRAIN DES ANDES (mardi à dimanche) pour commencer la descente jusqu'à Sibambe.

Traversée de Chiripungo, Piedra Grande et Zigzag Alto.

Passage du fameux "Nez du diable" et arrêt final à SIBAMBE où existe un mirador touristique.

Petit rafraîchissement servi au restaurant du musée communautaire « Cóndor Puñuna ».

Cette ligne de chemin de fer, fut une des plus difficiles au monde à construire. Le dénivelé de 2300 mètres et ce fameux rocher surnommé Naríz del Diablo étaient les deux principaux obstacles. La solution fut trouvée, le train pu « escalader » la falaise grâce aux voies en forme de Z, en avançant puis reculant. Ce trajet est considéré par beaucoup comme l'un des plus spectaculaires qu'on puisse faire au monde !

(Important : Ce trajet peut être sujet à des imprévus (éboulements) et les chemins de fer équatoriens peuvent alors annuler le départ du train. Dans ce cas, le trajet sera proposé par bus sans passer par le « Nariz del Diablo ».)

Reprise de la route à destination la province de Cañar.

Déjeuner de spécialités locales dans un restaurant panoramique faisant partie d'un réseau de tourisme équitable.

Arrivée à Cañar.

Visite d'INGAPIRCA, le monument religieux et politique le plus important datant de plus de 500 ans laissé par les Incas et les cañaris qui ont peuplé la région, situé à 3200m d'altitude sur les flancs d'une montagne dominant quelques maisons et des terres consacrées à l'élevage et à l'agriculture.

Continuation pour Cuenca.

Arrivée à Cuenca.

Dîner libre.

Nuit à l'hôtel.


Jour 6: CUENCA / PARC NATIONAL CAJAS / GUAYAQUIL (250 Km, 4h30 de route)

Petit déjeuner à l'hôtel.

Visite d'un atelier de fabrication des chapeaux de "Panama" ces fameux chapeaux en paille « toquilla » d'origine équatorienne, issus de Montecristi, petit village de la province de Manabí, sur la côte Pacifique.

La matière première vient du palmier Carludovica Palmata. La paja toquilla est la feuille. Triant les jeunes pousses, il s'agit de séparer la palme en fines fibres. Ces dernières sont ensuite bouillies afin d'éliminer la chlorophylle, puis séchées au soleil. Les plus fines serviront à tisser les fameux chapeaux de Montescristi, jusqu'à 6 mois de travail pour un « Superfino ». Pour le tissage, on utilise un moule en bois, partant du centre de la calotte jusqu'à l'aile. Le tissage est traditionnellement féminin. Ce savoir-faire se transmet de génération en génération. Ensuite vient éventuellement le blanchiment ou la teinte. La mise en forme se fait sous presse à vapeur. Pour finir le travail d'aiguille et touches personnelles. Tout ce processus est resté artisanal jusqu'à aujourd'hui. La qualité du chapeau panama est restée intacte et inimitable.  

Visite de Cuenca, capitale de la province d'Azuay et la troisième ville de l'Equateur.

Son nom complet est Santa Ana de los Cuatro Ríos de Cuenca en raison de la présence des 4 rivières appelées Tarqui, Yanucay, Tomebamba y Machángara.

Cuenca se trouve enchâssée dans une vallée entourée par les Andes. La ville coloniale de l'intérieur, a été fondée en 1557 selon les directives d'urbanisme rigoureuses établies trente ans auparavant par Charles Quint, roi d'Espagne. Elle suit le plan orthogonal officiel respecté depuis 400 ans. Centre agricole et administratif de la région, la ville est devenue un lieu de brassage pour les populations locales et immigrantes.  

Le lieu fut peuplé jadis par des indiens de l'Amazonie qui occupaient le village Cañari dès le 6ème siècle, également appelé Guapondeleg, ce qui voulait dire "terre aussi grande que le paradis".

Le village fut ensuite occupé par les Incas qui lui donnèrent le nom de Tomebamba, avant que les conquistadores espagnols prennent possession des lieux. La cité espagnole fut fondée le 12 avril 1557 par Gil Ramírez Dávalos sous le nom de Santa Ana de los Cuatro Ríos de Cuenca.

Ses marchés et son artisanat constituent un témoignage vivant de la riche culture indigène de la région.  

Les dômes élégants de la cathédrale qui luisent au soleil, les couvents et les musées empreints de sérénité, la rivière romantique de Tomebamba qui traverse la ville flanquée de maisons en surplomb font partie d'une expérience que personne ne devrait manquer.  

Reprise de la route et descente rapide vers le littoral jusqu'à Guayaquil, en traversant le Parc National des lacs Cajas : un complexe lacustre Classé comme forêt humide andine.

Ce parc compte plus de 200 magnifiques lacs formés par le passage d'anciens glaciers, ainsi que d'innombrables pet its bassins d'eau. Idéal pour la pêche de truites, le paysage est un paradis pour les photographes et un lieu de prédilection pour les amateurs d'ornithologie.

Randonnée d'environ 1h accompagnés d'un guide du parc.

La végétation s'étend sur des sols formés par la fonte des glaciers ; les espèces les plus remarquables sont le polylepys, et plusieurs variétés d'astéracées dont la « chuquirahua ».

Déjeuner dans la plantation UNOCACE.

Continuation jusqu'à Guayaquil.  

Au bord de l"imposant fleuve Guayas, se trouve Guayaquil, un des ports les plus important de la côte du Pacifique de l"Amérique du Sud. Le commerce et la modernité ont forgé le style de vie de cette ville.

Visite de la ville.

Guayaquil, surnommée la « Perle du Pacifique » est la première ville de la République d'Équateur, sa capitale économique et le plus important port de la côte ouest de l'Amérique Latine.

Guayaquil est une ville qui a grandi près de la rivière Guayas, raison pour laquelle il y a eu besoin de créer une promenade qui donne sur la rivière pour le plaisir et le loisir des habitants et des visiteurs, c'est ainsi que fût crée la jetée Simón Bolívar.

A la moitié de la jetée, en face du Conseil municipal, se lève la Tour Morisca, qui contient l'horloge publique que depuis le mois dernier, après presque 100 ans de silence, a recommencée à sonner ses cloches.  

L'hémicycle La Rotonda contient la Place Civique, avec une esplanade et une série de bassins qui créent une ambiance exceptionnelle la nuit et les monuments des libérateurs José San Martín et Simón Bolívar.

Vous verrez également le parc Seminario et l"étonnante population d"iguanes vertes habitant dans ce parc situé en face de la cathédrale.

Visite de "Las Peñas", un quartier fleuri et pittoresque construit à la fin du XIXe siècle au bord du fleuve Guayas, où s'élèvent de belles demeures coloniales en bois.  

Miraculeusement épargnées par les incendies, elles sont les derniers témoins du temps où la ville était le plus important chantier naval de la côte pacifique. Devenu un quartier d'artistes, Las Peñas est un véritable centre culturel, plusieurs galeries d'art y sont installées.

Dîner libre.

Nuit à l'hôtel.


Jour 7: GUAYAQUIL / BALTRA / LOS GEMELOS / CHARLES DARWIN STATION

Petit déjeuner à l'hôtel.

Transfert à l'aéroport de Guayaquil et vol vers Baltra.

Arrivée aux Galapagos.

Transfert à Puerto Ayora.

Los Gemelos sont le site de 2 cratères en puits ayant chacun plus de 30 mètres de profondeur. Il s'agit soit de cratère d'explosion, soit du plafond d'une poche magmatique effondrée, suite à des fractures circulaires.

Continuation vers les hautes terres de l'île, à l'abondante végétation.

Visite d'une exploitation agricole située en bordure du Parc National, où vivent des tortues géantes des Galapagos. Dans ces exploitations, elles sont protégées des nouveaux prédateurs introduits par l'homme, tels que les chiens et chats sauvages, l'un des grands problèmes de l'archipel.

Continuation de la contemplation des espaces de l'île, couverts par les laves solidifiées créant des tunnels naturels, à l'intérieur desquels vous pourrez marcher.

Déjeuner dans un restaurant local.

Visite de Charles Darwin Station. Créé en 1954, il est financé par des scientifiques et chercheurs du monde entier, avec l'objectif d'étudier et de supporter les efforts de conservation de l'archipel. On y observe des tortues géantes mais aussi plusieurs variétés d'iguanes terrestres.

Dîner dans un restaurant local.

Nuit à l'hôtel.


Jour 8: ISABELA HUMEDALES / CONCHA Y PERLA

Petit déjeuner à l'hôtel.

Humedales : Sur l'île d'Isabela, on peut trouver les zones humides côtières et les zones humides-marines.

Déjeuner dans un restaurant local.

Concha y Perla : C'est l'endroit idéal pour nager ou pratiquer le snorkeling. Baie avec une eau profonde, tranquille, transparente, qui permet d'observer la faune marine fascinante des Galapagos. Vous pourrez peut-être nager parmi les otaries et pingouins, une chose qui ne peut être expérimentée dans aucune autre zone tropicale du monde.

Dîner dans un restaurant local.

Nuit à l'hôtel.


Jour 9: ISABELA TINTORERAS / SANTA CRUZ

Petit déjeuner à l'hôtel.

L'île d'Isabela dispose d'une petite baie d'eaux tranquilles de couleur turquoise, où des otaries peuvent être aperçues, ainsi que des tortues marines. La baie est reliée à une crevasse d'eaux cristallines, peu profonde. Quand la marée baisse, l'entrée se referme. On peut observer « las tintorertas » (requins) nager avec les petits poissons et otaries.

Déjeuner dans un restaurant local.

Retour sur Santa Cruz.

Dîner dans un restaurant local.

Nuit à l'hôtel.


Jour 10: SANTA CRUZ / BALTRA / QUITO / PARIS

Petit déjeuner à l'hôtel.

Transfert à l'aéroport de Baltra.

Vol à destination de Quito.

Assistance aux formalités d'enregistrement et d'embarquement puis décollage à destination de Paris.

Nuit dans l'avion.


Jour 11: PARIS

Arrivée à Paris

INFOS VERITE

Ce circuit est réalisé en partage avec d'autres partenaires (participants regroupés sur place).
Les temps de route en montagne peuvent être longs entre certaines étapes.

Pour la parfaite réalisation de ce voyage, certains efforts peuvent être demandés aux participants, qui nécessitent une bonne condition physique et une aptitude à l'endurance. Votre agence conseille aux clients, notamment pour des raisons de sécurité, d'assurance, d'assistance, et de cohésion des groupes, de s'assurer de leur bonne condition physique auprès d'un médecin.
La majorité des étapes du circuit est à plus de 2 000 mètres d'altitude et certains cols à plus de 3 000 mètres d'altitude.

Ce qu'il faut savoir pour la partie des Galapagos :
En fonction des conditions de navigation sur place, il est possible que certaines excursions ou îles soient remplacées par d'autres. Le guide francophone accompagne les passagers tout au long des excursions en yacht. Pendant les transferts, l'assistance sera en anglais/espagnol. Pas de guide et de transferts pour les dîners. Toutefois, il est possible avec supplément d'avoir une assistance en français et/ou transferts accompagnés.

Des droits d'entrée et la carte de contrôle migratoire doivent être réglés sur place à l'arrivée et en espèces et sont OBLIGATOIRES.
Voici les montants à ce jour : Droit d'entrée au Parc national des Galápagos (à ce jour) : 100 USD, Carte de contrôle migratoire (INGALA) (à ce jour) : 20 USD, Taxe portuaire à Isabela (à ce jour) : 10 USD.

Depuis le 6 février 2018, une assurance médicale est obligatoire pour se rendre en Equateur. Vous devez avoir obligatoirement souscrit une assurance assistance rapatriement valable pour la durée de votre séjour en Equateur. Par ailleurs, nous vous recommandons vivement d'avoir sur vous le jour du départ et durant tout votre séjour, le document d'assurance assistance rapatriement attestant que vous serez pris en charge en cas de problème. Pour plus d'informations sur cette nouvelle formalité : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs

Mise à jour du 06 juin 2018 :
Suite à l'entrée en vigueur au 22 juillet 2018 d'une nouvelle réglementation en Equateur, il sera demandé à tout voyageur, à compter de cette date, de présenter à son arrivée un contrat d'assistance ou d'une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux. Ce contrat d'assistance ou assurance devra permettre de couvrir les frais en cas d'hospitalisation ou toutes autres dépenses de santé dans le pays.
Cette mesure est OBLIGATOIRE au risque de se voir refuser l'accès dans le pays.

Le sens du circuit ou l'ordre des visites peut être modifié ou inversé suite aux impératifs locaux (tels que rotations aériennes, ou autres...). Cependant, l'ensemble des prestations prévues au programme sera assuré.

Transferts en bus ou en pirogues jusqu'à votre lodge ou votre hôtel selon sa situation géographique et les conditions climatiques. La plupart des lodges n'ont pas d'électricité, vos chambres sont éclairées par des bougies ou des lampes à kérosène.

Les distances parcourues entre chaque étape sont importantes. Le rythme de ce circuit est très soutenu. Nous déconseillons donc ce type de circuit aux enfants de moins de 7 ans.

Merci de noter que les visites à caractère culturel et les longues heures de transport en bus peuvent ne pas convenir à certains jeunes enfants de moins de 12 ans.

Nous nous réservons le droit de modifier le nom de la compagnie aérienne ou de substituer un hôtel par un autre de catégorie similaire, selon les disponibilités au moment de la réservation. Liste des hôtels proposés donnée à titre indicatif. La classification des hébergements est faite selon nos critères de sélection et mentionnée en Normes Locales (NL). En tout état de cause, la liste définitive des hôtels vous sera communiquée avant le départ, dans votre carnet de voyage.
Les repas mentionnés comme « libre » sont à la charge exclusive des participants et ne sont pas inclus dans nos prestations.
Tous nos guides locaux sont francophones (sauf mention contraire dans le programme ou dans les « Infos vérité »).
Les kilométrages et les temps de trajets sont donnés à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction des impératifs et aléas locaux (état des routes, embouteillages, météo, etc.).
Les toilettes des autocars (lorsqu'elles existent) peuvent être fermées pour diverses raisons : sécurité des passagers (routes sinueuses, freinage d'urgence, etc.). Cependant, l'autocar effectue des arrêts fréquents et réguliers au cours de la journée.
Le client est seul responsable de tous ses effets personnels, même laissés dans le bus.
Les photos ne sont pas contractuelles.

Accessibilité :
Nos circuits, croisières et autotours ne sont pas adaptés aux personnes à mobilité réduite (PMR). Il y a beaucoup de marche lors des visites et de nombreuses montées/descentes du bus qui n'est pas équipé en conséquence. Les clients doivent être autonomes et ne pas avoir besoin de l'assistance d'un tiers dans leurs déplacements. Les guides ne sont pas habilités à prendre en charge des PMR ou atteintes de tout autre handicap. Les hôtels de nos circuits/séjours ne possèdent pas tous d'ascenseurs et leurs accès ne sont pas tous adaptés aux PMR.
Pour toute personne atteinte d'un handicap moteur, visuel ou auditif, il est impératif de nous informer du type de handicap et du niveau d'autonomie avant toute réservation, afin que nous puissions vérifier l'accessibilité à notre voyage.
Pour toute assistance spécifique dans les aéroports, notamment l'assistance et la mise à disposition d'un fauteuil roulant, merci de nous consulter.
De même pour le transport de matériel médical spécifique (appareillages, médicaments, seringues, etc.), merci de prendre contact avec notre équipe. Ces services spéciaux font l'objet d'une demande particulière auprès des compagnies aériennes et sont soumises à conditions et/ou supplément tarifaire.

Les valises connectées :
Depuis le 15 janvier 2018, les "smart bags", "smart luggage", "bagages intelligents" (bagages avec dispositifs de rechargement à batteries en lithium) pourront être transportés à condition que les batteries soient amovibles. Dans le cas contraire, ils ne pourront être transportés.
Les voyageurs enregistrant un bagage connecté avec une batterie au lithium-ion amovible doivent l'enlever et l'emporter avec eux en cabine.
Ces informations pouvant évoluer, renseignez-vous auprès de la compagnie aérienne avant votre départ.

La cigarette électronique :
Les cigarettes électroniques sont dorénavant interdites dans les bagages placés en soute des avions, mais restent autorisées en cabine, afin de minimiser les risques d'incendie liés à la surchauffe de leur batterie, a annoncé lundi 15 juin l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).
Selon les pays, l'utilisation et/ou le transport d'une cigarette électronique peut être strictement interdite ou fortement encadrée. Selon l'évolution des législations du pays de destination, nous vous conseillons de vous renseigner avant votre départ.
Plus d'informations : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/certains-pays-ont-interdit-la-cigarette-ele.... et https://www.globaltobaccocontrol.org/e-cigarette/country-laws-regulating-e-cigarettes (site en anglais)

NOTE IMPORTANTE SUR LE TELEPHONE SAMSUNG GALAXY NOTE 7 :
Suite à l'interdiction par différents pays et compagnies aériennes, les téléphones mobiles Samsung Galaxy Note 7, en considération du risque d'explosion/incendie de ces téléphones, leur transport en soute comme en cabine (en bagage cabine ou sur vous) peuvent être interdits sur certaines compagnies aériennes ou pays de destination. Si vous possédez un téléphone Samsung Galaxy Note 7, nous vous invitons à laisser votre téléphone chez vous. A défaut, les agents de la compagnie ou les personnels en charge de l'inspection filtrage peuvent être amenés à le saisir et peuvent refuser de vous embarquer à bord. Cette mesure pourra s'étendre à d'autres pays, nous vous invitons à vous renseigner avant votre départ.

Si vous partez d'une ville de province, votre pré et post acheminement se fera via MADRID. Pré et post acheminement en avion ou TGV selon dispo. Hors transfert gare/aéroport/gare ou aéroport/aéroport qui reste à la charge des clients. Billets non modifiables et non remboursables.

En cas d'annulation avec des frais de 100%, nous ne pourrons plus rembourser la partie de la taxe « YQ/YR » (qui correspond à celle des hausses carburant).
En départ de Paris et Province, le montant des taxes est à ce jour de 490 euros, dont 350 euros de surcharge YQ/YR.

Consommation moyenne de CO2 sur ce circuit : 1661 kg de CO2 pour le voyage aller-retour soit 91.5 g de CO2 / passager.km.

LISTE DE VOS HÔTELS

Quito :
Reina Isabel 4*** (normes locales) ou similaire,

Otavolo :
Indio Inn 3*** (normes locales) ou similaire,

Amazonie :
Huasquila Lodge 3*** (normes locales) ou similaire,

Riobamba :
Casa Real 3*** (normes locales) ou similaire,

Cuenca :
De Las Culturas 3*** (normes locales) ou similaire,

Guayaquil :
Grand Hotel Guayaquil 3*** (normes locales) ou similaire,

Santa Cruz :
Hotel Silberstein 4*** (normes locales) ou similaire,

Galapagos :
Casita de la Playa 3*** (normes locales) ou similaire.

En tout état de cause, la liste définitive des hôtels vous sera communiquée lors de votre convocation.

Des modifications concernant les hôtels sélectionnés peuvent être apportées, sous toutes réserves. Cependant, nous nous efforcerons de vous proposer effectivement des hôtels de catégorie équivalente.

DOCUMENTS DE VOYAGE NECESSAIRE (à ce jour)

Passeport en cours de validité valable 6 mois après la date de retour. Visa non obligatoire pour les ressortissants français.

Pour la partie Galapagos, des droits d'entrée et la carte de contrôle migratoire doivent être réglés sur place à l'arrivée et en espèces et sont OBLIGATOIRES.
Voici les montants à ce jour : Droit d'entrée au Parc national des Galápagos (à ce jour) : 100 USD, Carte de contrôle migratoire (INGALA) (à ce jour) : 20 USD, Taxe portuaire à Isabela (à ce jour) : 10 USD.

Depuis le 6 février 2018, une assurance médicale est obligatoire pour se rendre en Equateur. Vous devez avoir obligatoirement souscrit une assurance assistance rapatriement valable pour la durée de votre séjour en Equateur. Par ailleurs, nous vous recommandons vivement d'avoir sur vous le jour du départ et durant tout votre séjour, le document d'assurance assistance rapatriement attestant que vous serez pris en charge en cas de problème. Pour plus d'informations sur cette nouvelle formalité : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs

Mise à jour du 06 juin 2018 :
Suite à l'entrée en vigueur au 22 juillet 2018 d'une nouvelle réglementation en Equateur, il sera demandé à tout voyageur, à compter de cette date, de présenter à son arrivée un contrat d'assistance ou d'une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux. Ce contrat d'assistance ou assurance devra permettre de couvrir les frais en cas d'hospitalisation ou toutes autres dépenses de santé dans le pays.
Cette mesure est OBLIGATOIRE au risque de se voir refuser l'accès dans le pays.

Depuis le 26 juin 2012 les autorités européennes imposent que tout passager ressortissant d'un pays de l'Union Européenne (sauf le Danemark, le Royaume-Uni et l'Irlande) devra présenter au contrôle frontière (PAF) un document officiel individuel. Cette disposition implique qu'à compter de cette date, les mineurs qui se présenteront au contrôle frontière (PAF), même accompagnés de leurs parents, devront être obligatoirement titulaires de leurs propres documents de voyage.

L'AUTORISATION DE SORTIE DU TERRITOIRE DES MINEURS EST DE NOUVEAU OBLIGATOIRE A COMPTER DU 15 JANVIER 2017. La loi du 3 juin 2016 relative à la lutte contre le terrorisme et le décret du 2 novembre 2016 ont rétabli l'autorisation de sortie de territoire pour les mineurs. A compter du 15 janvier 2017, un mineur non accompagné d'une personne détentrice de l'autorité parentale ne pourra plus quitter le pays sans autorisation de sortie. L'autorisation de sortie du territoire sera exigible pour tous les mineurs résidant en France, quelle que soit leur nationalité. L'arrêté du 13 décembre 2016 est venu préciser les modalités relatives à cette autorisation de sortie. Plus d'infos : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11090 et https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922
Pour les personnes de nationalités autres que française celles-ci doivent se rapprocher du consulat du pays visité afin d'être en règle le jour du départ.

Les informations remplies initialement à bord de l'avion, sont dorénavant informatisées à l'aide des données biométriques se trouvant sur votre passeport. Lors de votre passage à l'immigration, un document dénommé "Virtual Tam Card" vous sera remis, dans le cas contraire, vous devrez impérativement le réclamer. Dans le cas où vous perdriez cette carte, vous aurez la possibilité de la récupérer, en la réimprimant via le site officiel de l'immigration : https://www.migraciones.gob.pe/index.php/consulta-tam-virtual/

MERCI DE NOUS ENVOYER LES INFORMATIONS PASSEPORTS A LA RESERVATION OU 2 MOIS AVANT LA DATE DE DEPART SUIVANTES :
- NOM
- PRENOM
- NUMERO DE PASSEPORT
- LIEU D'EMISSION DU PASSEPORT
- DATE D'EXPIRATION DU PASSEPORT
- DATE DE NAISSANCE DU PASSAGER
- SEXE
- NATIONALITE
- PAYS DE RESIDENCE
- SI VISA N° DE VISA LIEU ET DATE D'EMISSION DU VISA, LIEU DE NAISSANCE DU PASSAGER

INFOS PRATIQUES

ACHATS :
Tissages, céramiques, objets en bois, sculptures, bijoux, articles en cuir, vannerie ou encore les fameux chapeaux de paille toquilla (plus connus sous le nom de panamas).
Les achats varieront en fonction de la région : dans les provinces de la Côte et dans les Galápagos, on trouve des objets fabriqués avec des coquillages, de l'écorce de noix de coco, de l'ivoire végétal (tagua), du corail, des fibres végétales, de la paille, du cuir, du bois, du fer-blanc, du laiton, du balsa et du bambou d'Amérique ; et dans la Sierra, on trouve un artisanat réalisé à partir de laine naturelle, de terre cuite, de bois, de cuir, d'agave, de coton, de céramique, de massepain, de crin de cheval, de fer-blanc, de laiton, de fer forgé, de cire, de verre, de peaux, de paille, de tissu, d'ivoire végétal, de cornes de bovins, de bronze, de marbre, d'or, d'argent et autres métaux. Vous rapporterez bijoux en or et en argent, perles naturelles de Cuenca et Chordeleg ; chapeaux de feutre, lainages et tissus de toutes sortes (chemises, ponchos, gilets, couvertures, tapis) d'Otavalo ou de la communauté indigène Salasaca (tapis à motifs précolombiens uniquement) ; figurines en massepain et poupées de Calderón ; sculptures et objets divers en bois de San Antonio de Ibarra ; articles en cuir (sacs, valises, portefeuilles, blousons) de Cotacachi ; chapeaux de paja toquilla de Cuenca et Montecristí, sur la Côte ; arcs, flèches, sarbacanes de l'Oriente ; shigra (sac en fibre d'agave) de Latacunga et Cuenca ; oiseaux en balsa, imitations de statues précolombiennes et vêtements marqués du logo des Galápagos et de Quito.
N'oubliez pas de marchander les prix, en particulier sur les marchés !

AERIEN :
Environ 14h45 de vol selon compagnie aérienne.

COURANT ELECTRIQUE :
110 V, 60 Hz. Adaptateur nécessaire.

DECALAGE HORAIRE :
De - 6h à - 7h.

FORMALITES :
Ressortissants français : passeport valable 6 mois après le retour. Pas de visa obligatoire.
A compter du 22 juillet 2018 inclus, une assurance médicale sera OBLIGATOIRE pour se rendre en Equateur. Vous devez avoir obligatoirement souscrit une assurance assistance rapatriement valable pour la durée de votre séjour en Equateur. Vous devrez avoir sur vous le jour du départ et durant tout votre séjour, le document d'assurance assistance rapatriement attestant que vous serez pris en charge en cas de problème. Pour plus d'informations sur cette nouvelle formalité : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs
Pour la partie Galapagos, des droits d'entrée et la carte de contrôle migratoire doivent être réglés sur place à l'arrivée et en espèces et sont OBLIGATOIRES.

LANGUE :
L'espagnol (langue officielle) mais aussi, dans la Sierra, le quichua et, en Amazonie, le shuar et le huaorani, entre autres.

MONNAIE :
Le dollar américain depuis l'an 2000. Il n'est pas si facile de changer des devises (même les euros) en Équateur, tout simplement parce que peu de banques font le change, et parce que les bureaux de change (casas de cambio) sont plutôt rares, en dehors des aéroports et des grandes villes. On trouve des distributeurs un peu partout, délivrant directement des dollars. On trouve dans toutes les villes des distributeurs acceptant les cartes internationales (MasterCard, Visa, American Express...).

POURBOIRES :
Dans les restaurants, remettez directement le pourboire au serveur. Les guides de circuits organisés, les cuisiniers et, plus généralement, les employés du secteur touristique s'attendent à un pourboire, contrairement aux chauffeurs de taxi.

SANTE :
Aucun vaccin obligatoire à ce jour. Merci de vérifier les formalités sanitaires auprès de l'Institut Pasteur (http://www.pasteur.fr/fr).

SECURITE :
La situation climatique, politique, sanitaire, réglementaire de chaque pays du monde pouvant changer subitement et sans préavis nous vous invitons à consulter avant votre départ les sites Internet suivants afin de prendre connaissance des éventuelles restrictions, obligations ou tout simplement des informations relatives à votre destination.
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/

TELEPHONE :
Indicatif +593.

ADRESSE UTILE :
Consulat et ambassade d'Équateur
34, avenue de Messine, 75008 Paris
Tél : 01-45-61-10-04 (consulat) ou 21 (ambassade)